• française
  • english
  • SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK - Mentions légales - Contact

    L'Atelier du Vitrail sera présent au Forum France-Chine à CHENGDU du 22 au 26 Octobre 2014

    Historique et Expositions

    Philippe Riffaud obtient tout d’abord deux CAP, l’un en ajustage mécanique, l’autre en dessin industriel avant de partir de 1984 à 1986 en service militaire à Nouméa. Après mûre réflexion, et enfin décidé à s’investir professionnellement dans l’Art du Vitrail, il part en 1987 en apprentissage à Chartres, dans l’atelier du Maître-verrier Pierre Millous, qui lui enseigne tous les secrets de la restauration et de ses techniques, mais aussi la fabrication des dalles de verre. Dès cette première année, Philippe Riffaud  se lance, dans le concours SEMA en tant qu’apprenti : il remporte le 1er prix régional… puis le 7e prix National en 1989.

    Il fait la rencontre du Maître-verrier Van Guy de Tours, avec lequel il travaille à partir de 1990. Cette expérience professionnelle est très riche en enseignement, surtout pour l’apprentissage du travail en équipe mais aussi la gestion d’un grand nombre de commandes pour des chantiers de restauration de vitraux anciens, notamment une verrière du XIIIe siècle, un fenêtrage du XIVe siècle dans la nef et dans le triforium des vitraux du XVIe siècle de la cathédrale Saint-Gatien à Tours, avec les techniques recommandées par le laboratoire des Monuments Historiques (L.R.M.H.).

    En 1992, son départ à Lausanne, en Suisse, marque une nouvelle étape dans sa formation : dans l’atelier de Pierre Chiara, au contact d’artistes comme Jean Prain, Bodjol, Georg Matt, Bernard Viglino etc. Il découvre non seulement la complexité de la gestion d’un atelier, mais aussi les méandres de la création contemporaine de vitrail qui l’attire infiniment. …

    Et pendant ce temps là, Françoise Théallier fait son apprentissage de verrier dans l’atelier de Van Guy au pied de la cathédrale Saint-Gatien de Tours à partir de 1989. Durant cette période, elle a en charge quantité de réalisations de vitreries géométriques pour des châteaux de la Loire : ces motifs répétitifs, réglés comme du papier à musique, demandent une technique et une concentration infaillible. Elle travaille à la restauration de vitraux dans la cathédrale Saint-Gatien, et se forme également à la peinture sur verre. La rapidité de travail acquise et ses qualités lui permettent d’obtenir, elle aussi, le Prix départemental et régional SEMA en 1991. De 1992 à 1993, elle change d’horizon et perfectionne son savoir-faire chez Weinling à Saint-Appolinaire près de Dijon et intervient notamment sur les vitraux de l’hospice de Beaune.

    Avec une solide expérience dans la restauration, ils se consacrent aussi à la conservation en développant leur propre “double-verrières de protection” pour les vitraux XIXe siècle (qui étaient déjà utilisées en Suisse mais pas très répendues en Poitou-Charentes) destinées à les préserver des atteintes climatiques et augmenter la longévité de leur intervention. La ville de Poitiers les missionne sur trois chantiers : les vitraux de la façade de l’Hôtel de Ville, la l’église Saint-Hilaire classés par l’UNESCO) ,La chapelle St Louis, l’église St Jean de Montierneuf (MH) , l’église Ste Thérèse Ste Jeanne d’Arc , les grandes maisons, la Chapelle St LOUIS (MH) ect… à Poitiers 86000 (France).

    © Copyright 2009-2018 Atelier du vitrail - Tous droits réservés - Réalisation Studio Scoop Toujours